Translate

samedi 7 octobre 2017

Dans la série "textes"

Je veux vous présenter un de mes derniers textes. Inspiré lors de mes dernières vacances où face au spectacle de l'Océan, j'ai vu naître ces quelques lignes :


Méditation Océane



Haïcku :

Au soir de sa vie

Un homme face à la mer

Il est mon autre ...


J’ai vécu mille vies et je n’ai plus d’âge. Face à l’océan qui mugit, je suis le sable sur lequel la vague vient s’étendre. Comme une amante, elle sait se faire tendre et langoureuse. Certains soirs dans ses colères, elle vient frapper ce rocher que j’incarne parfois, et laisse éclater sa détresse devant ma tranquille sérénité.  
J’existe dans mille aspects, et dans le flot de mes vies passées, je suis l’espoir de cette femme de marin attendant sur le rivage le retour de son homme, d’un fils ou d’un frère. Cette mémoire subsiste encore dans la roche des nombreux calvaires érigés avec ce savoir-faire des bâtisseurs.


Lorsque j’entends le cri des oiseaux de mer, je deviens cette mouette rieuse qui plane à la surface de l’Océan en quête d’un menu fretin pour sa subsistance. Elle pique et se pose à la surface du rouleau puis plonge avant que le ressac ne l’emporte. Cette houle nourricière lui apporte sa pitance dans les petits éléments qui flottent en son sein.


Mais je me retrouve aussi dans ce capitaine qui scrute l’horizon en vue d’une nouvelle « terra incognita ».  Ce goût de l’aventure est toujours mien. Je suis libre et avide de découvertes. Que personne ne cherche à me mettre en cage, les barreaux de la prison ne résisteraient pas à la force de ma pensée et aux rêves qui m’habitent. Que je revête le « Kãsãya » ocre rouge et safran du moine bouddhiste ou le kimono de soie de la Geisha, je suis cette voix qui vous parle et vous inspire. Dans mes silences, je suis encore auprès de vous et dans les moments où tout vous semble perdu et vain, je suis celui qui vous donne la force de marcher encore. Vous me trouverez dans le sourire d’une inconnue ou les yeux d’un animal, dans le bourgeon qui éclot au printemps ou ce coucher de soleil qui vous enchante.  Entrez dans votre cœur, laissez vos peurs et vos angoisses. Vous me retrouverez … vous vous retrouverez …


Je suis encore sur la plage. Au soir de ma vie, il est temps pour moi de partir. Ne soyez pas tristes je saurais encore vous surprendre en dessinant des arcs en ciel dans votre  ciel ...


Je suis cet autre qui dort en vous et qui illumine votre chemin. …


Le 27 09 2017


Mathilde